Programme 2021


[Présentation & inscription]

Accès rapide :  4 février | 9 mars | 25 mai | 8 décembre | 15 décembre |

Le Goût de l’avenir – La citoyenneté à l’heure de l’anthropocène

Le lieu unique et le Cnam Pays de la Loire s’associent régulièrement pour des temps d’échanges visant à répondre aux besoins d’analyse des transformations en cours et à venir dans la société. Développer l’esprit critique en vue de participer à des prises de décision éclairées est nécessaire dans un monde en profonde mutation, qui se complexifie sans cesse, rendant ses repères de moins en moins lisibles.

Conférence #1

Être citoyen du monde : quels récits collectifs pour un monde post-carbone ?

Jeudi 4 février
18h30-20h | En ligne

Quels sont les grands enjeux de la transition écologique ? Quelle vision et quelles responsabilités engagent-ils ? Quels obstacles et quels leviers pour agir à chaque niveau de la société et fabriquer le futur ?

Avec Virginie Raisson-Victor, directrice du Laboratoire d'études prospectives et d'analyses cartographiques (LÉPAC).

Télécharger la bibliographie

Conférence #2

Concilier libertés individuelles et santé collective en démocratie, comment (ré)inventer une société du care ?

Mardi 9 mars
18h30 - 20h | Entrée libre
Lieu Unique (Plan d'accès)

Si la crise sanitaire a mis en tension l’épanouissement individuel et la santé collective, quelles pistes permettent de préserver (ou re-fonder) un « vivre-ensemble » à l’heure de l’anthropocène, en prise avec la santé environnementale ?

ÉVÈNEMENT ANNULÉ ET REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

Conférence #3

La frontière entre sciences et pseudosciences : une ligne claire ?

Vous avez suivi la rediffusion de la conférence ? Merci de partager votre avis.
Je donne mon avis

Mardi 25 mai (En visio-conférence avec l’UCLouvain et en retransmission sur la chaîne YouTube du lieu unique)
18h30-20h30 | Entrée libre
Le Lieu Unique (Plan d'accès)

Un enjeu crucial pour nos démocraties est celui de la lutte contre la désinformation. Dans le contexte particulier de problématiques de nature scientifique comme le coronavirus, la vaccination ou le réchauffement climatique, une telle lutte ne peut prendre corps qu’au départ d’un prérequis essentiel : il importe que chacun.e soit en mesure d’opérer une distinction entre énoncés scientifiques (aux degrés de fiabilité divers) et énoncés pseudoscientifiques (ou, plus généralement, non scientifiques). Une lecture historique des manières d'opérer une telle distinction et l’identification concomitante de « marqueurs de scientificité » peuvent-elles nous aider ?

Avec Olivier Sartenaer, chercheur en communication et vulgarisation scientifiques (FNRS-ULB), chargé de cours en épistémologie et en philosophie des sciences (UC Louvain)

Télécharger la bibliographie

Conférence #4

Quelle citoyenneté pour le développement durable ?

Mercredi 8 décembre
18h30-20h | Entrée libre
Le Lieu Unique (Plan d'accès)

Nous assistons aujourd’hui à une confusion entre écologie et développement durable. Or, si l’on veut assurer la survie de notre environnement pour assurer la nôtre, tant la première est devenue la condition de la seconde, il convient de bien les distinguer. D’une part en réaffirmant la dimension scientifique de l’écologie, d’autre part en considérant la notion de durée comme le principe même du développement durable. Cela passe par une transformation du système productif pour qu’il soit au service de la durée et de la transmission aux générations futures. En effet, le développement ne peut être durable que s’il soutient, maintient, répare, restaure ce qu’il met en œuvre. Cela engage la société tout entière vers une économie du prendre soin, qui veille à cultiver, soigner, protéger, car habiter le monde c’est le maintenir, et en le maintenant on réussit à l’habiter avec dignité.

Avec Pierre Caye, directeur du Centre Jean Pépin, CNRS, École normale supérieure. A récemment publié : Durer. Éléments pour la transformation du système productif (2020), Comme un nouvel Atlas – D’un état meilleur que la puissance (2017), Critique de la destruction créatrice (2015).

Inscription

Conférence #5

Une « rétro-tech » énergétique pour repenser le modèle de l’innovation ?

Mercredi 15 décembre
18h30-20h | En ligne

En matière de trajectoire énergétique, la longue route des choix technologiques est sinueuse et parsemée d’idées abandonnées sur le bas-côté. En jetant un œil dans le rétroviseur, il est possible de mieux comprendre les dynamiques du changement technologique et ainsi d’imaginer l’avenir : c’est l’approche rétro-prospectiviste. À l’heure où notre planète traverse une crise énergétique sans précédent, quelles sont les bonnes solutions ? Certaines idées d’hier, brillantes mais délaissées, seraient-elles de nature à nous inspirer pour le futur ? Si les leçons du passé doivent nous inciter à rester humbles sur la manière d’appréhender la nouveauté technologique, elles nous encouragent aussi à réinterroger les notions de progrès et le véritable sens de l’innovation.

Avec :
Sylvain Roche, Ingénieur de projets chaire Transitions énergétiques territoriales (TRENT) de Sciences Po Bordeaux, Enseignant-chercheur associé au Centre Emile Durkheim, membre du Comité Scientifique Régional sur le Changement Climatique AcclimaTerra.
Cédric Carles, designer / chercheur, fondateur et directeur de l’Atelier 21, laboratoire citoyen qui lutte pour (faire avancer) la transition énergétique. Cédric Carles est aussi à l'initiative du programme de recherche participatif Paléo-Energétique. Son but est de compiler une vision rétrospective sur notre histoire énergétique commune pour en tirer des enseignements et servir la transition énergétique. En 2018, le livre synthèse "Rétrofutur - une contre histoire des innovations énergétiques" a été publié, à partir de ce travail, aux éditions Buchet-Chastel

Inscription

Ateliers pour la jeunesse

Digital wednesday

Mercredi 22 septembre
14h-15h30 & 15h45-17h15| Séquoia Pôle Sciences et environnement

Deux ateliers ludiques pour exercer sa citoyenneté à l'heure du numérique... et des fakes-news.
Les fameuses "fake news" ou "infox" se répandent d'autant plus rapidement que les citoyens, quel que soit leur âge, ne savent pas toujours distinguer le vrai du faux. Alors la question se pose : comment identifier la bonne information et se prémunir des fake-news ? Pour y parvenir les participants seront invités à mener l'enquête, guidés par des spécialistes de la médiation. Une fausse idée - ou une affirmation dont on ne sait pas si elle est vrai ou fausse - est lancée, en lien avec son rôle de citoyen, donnant lieu à recherche collective de réponse en étapes successives :
1. Débat mouvant: chacun se positionne selon son opinion. Vote. Dépouillement du vote. Décryptage avec ce qui suit
2. Recherche à partir de ce que chacun a comme point de vue et/ou connaissance : délibération
3. Recherche guidée sur internet (dans une perspective de réflexion sur l'usage du numérique : Le but est de montrer comment on se forge une opinion, à partir des informations qui nous sont données, ce que l'on apprend des autres et ce que l'on apprend aux autres (discussion/ délibération), les ressources numériques et le filtrage des informations (Internet et réseaux sociaux), sujet d'autant plus pertinent que le premier usage du smartphone a lieu fréquemment vers 10-12 ans.

Coup d’œil dans le rétro

Re-découvrez les conférences de la saison 6 du Goût de l'avenir.
Vidéos, supports, entretiens.

Coup d'oeil dans le rétro